Skip to main content

Porter le ruban blanc pour la lutte contre les violences faites aux femmes

Qu'elles vivent sur le continent americain, européen, asiatique ou africain, qu'elles soient riches ou pauvres, des femmes sont victimes de violence. Battues, violées, aggressées, leur dignités sont baffouées par des personnes qui devraient les aimer et les protéger. En portant un ruban blanc, nous rejoignons ces millions de femmes victimes de violence.

Porter le ruban blanc contre les violences faites aux femmes 

Au travers de la campaigne du ruban blanc, des hommes désireux de donner naissance à une société ou les femmes ne sont plus victimes de la part des hommes. Cette initiative a été lancée au Canada à l'automne 1991 à  la suite d'une tuerie qui a eu lieu à l'Ecole Polytechnique.

Le Parlement du Canada a institué la campagne du ruban blanc en mémoire des 14 jeunes filles assassinées le 6 décembre 1989. Ainsi le 6 décembre est devenu pour plusieurs pays, une date importante de la lutte contre les violences faites aux femmes.  Du 25 novembre au 6 décembre, plusieurs activités en faveur de la protection des femmes se tiendront dans le monde.

Il est important de souligner que ce sont des hommes se sont d'abord mobilisés pour la campaigne du ruban blanc. Ces derniers ont pris la décision de protéger les femmes vivant dans leur communauté. Il n'y a pas mieux qu'un autre homme pour éduquer et raisonner un autre. Ainsi les hommes, parce qu'ils sont hommes, ont les moyens de mettre fin à ce fléau. 

L'étendue de la violence faite aux femmes est profonde. Les Nations Unies estiment que la forme la plus courante de violence subie par les femmes est la violence physique infligée par le partenaire intime. En moyenne, au moins une femme sur trois est battue, victime de violence sexuelle ou autrement maltraitée par un partnaire intime au cours de sa vie.

Ces actes de barberie doivent cesser. Une femme victime de violence n'est rien d'autre que la fille, la soeur, la cousine, la collègue, la meilleure amie et surtout la mère d'un autre homme. Et rien. Rien ne justifie un acte de violence à l'égard d'une femme. La femme donne la vie. Donc lorsque la vie d'une femme est  mise en danger, c'est la Vie qui est en danger.

Selon un article de marche.be, porter le ruban blanc contre les violences faites aux femmes c'est ne pas hésiter à apporter son aide, ne pas rester indifférent face à la violence, ne jamais se rendre coupable de violence envers les femmes, ne jamais fermer les yeux ou cautionner cette violence, ne pas chercher d'excuses aux aggresseurs, ne jamais se dire "les femmes l'ont bien cherché" et convaincre les hommes violents de chercher de l'aide. Car les violences faites aux femmes tuent.


Popular posts from this blog

March 8 is a special day for millenniums too

Over 100 years later, one may ask whether the celebration of the International Women's Day is still relevant today? The responses you will read below are those of four millenniums and W&A supporters. They have agreed to share their opinions with you and to explain what this special day means to them.
"The celebration of the International Women's Day is still relevant because women are still struggling to reach the gender equality. As a young African women, I can say with confidence that male dominance is still obvious in our societies. Understanding the reason behind March 8th is important for women.

Two American graduate students raise funds for South African students with The Project Ubuntu

Inspired by their recent summer study abroad program in South Africa, Elizabeth Patterson and Amber Lodman made the decision to create The Ubuntu Project upon their return to their home country, the United States of America.  The Project Ubuntu is a grassroots fundraising effort to help students of the Bachana Mockwena and Reinotswe special schools in South Africa.  Elizabeth Patterson and Amber Lodman, the two founders of the Project Ubuntu, started the fundraiser with the aim of providing funds for infrastructure building as well as dinning halls for meals. This summer of 2013, they both went to South Africa to study education and social reform.

Five powerful African women

Forbes has just released the official list of the world's 100 most powerful women of 2013. I am not sure which criteria Forbes experts used. Based on the list, they have probably included criteria such financial or diplomatic influence. However, I was disappointed to notice the insignificant representation of African women on the list. This may be partly explained by the background of those in charge of the selection.